Première en Israël où une femme orthodoxe, Dr Jennie Rosenfeld a été nommée leader et référente spirituelle à Efrat, par le rabbin Shlomo Riskin. Elle est ainsi habilitée à répondre aux questions de loi juive et à accompagner les personnes, hommes ou femmes, dans différentes étapes de leur vie (mariage, conversion, deuil etc...). Elle a été formée à Jérusalem au Susi Bradfield Women's Institute of Halakhic Leadership (WIHL ) à la Midreshet Lindenbaum.

Jennie Rosenfeld(Jennie Rosenfeld)


Depuis des années déjà, en Amérique du nord, des femmes sont ordonnées au sein du judaisme moderne orthodoxe "MaHaRaT" -Guide en matière de loi, de spiritualité et de Torah- (1). Et à l'exception de faire partie du "mynian", ce quorum obligatoire de dix hommes pour réciter certaines prières de l'office public dans le rite orthodoxe, elles exercent les mêmes activités qu'un rabbin.


Même si cette nomination de Mme Rosenfeld ne plait pas aux segmentx du monde ultra orthodoxe ("haredi") ou à certains dans le courant national religieux, le rabbin Riskin a déclaré " qu'il ne s'agissait pas là d'une révolution mais au contraire d'une évolution (mouvement) qui tarde à venir".
Peut-on dire mieux ?!
Oui, espérer que Mme Rosenfeld soit payée par la municipalité comme les autres membres exerçant une activité religieuse publique similaire et non plus sur des fonds privés. 
Félicitations, en tout cas au Dr. Jennie Rosenfeld, au rabbin S.Riskin et à la municipalité d'Efrat.

Sonia Sarah Lipsyc

(1) Voir ce site à ce sujet, deux des mes articles  : "Trois femmes juives viennent de recevoir leur diplôme de "guide en matière de loi, de spiritualité et de Torah", 17.06.2013 et "Une première femme guide en matière de loi juive, spiritualité et de Torah, engagée dans une congrégation orthodoxe au Canada", 05.06.2013.

Cette brève a d'abord été mise en ligne sur la page facebook de Judaismes et Questions de Société.que vous pouvez rejoindre en la likant.

Source de l'info : Jeremy Sharon, "Orthodox woman appointed to serve as communal spiritual leader in Efrat", Jerusalem Post, 18.01.2015