A l’approche des prochaines élections législatives en Israël, en mars 2015, Ruth Colian, 33 ans et mère de quatre enfants a pris l’initiative de créer un parti du nom de Bezeh’outan (« grâce à elles »)[1]. Parti qui entend mettre l’emphase sur les difficultés rencontrées par les femmes dans le monde ultra-orthodoxe.

« Les femmes de cette communauté (haredite ou ultra orthodoxe ndr) qui représente environ 10% de la population israélienne, souffrent notamment de discriminations salariales, de violences domestiques, d'oppression de la part des rabbins, a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse (…). Elles ont peur de porter plainte auprès des autorités laïques pour les violences conjugales de crainte d'être ostracisées par leur communauté (…) »[2].

De plus, « le pourcentage de mortalité pour le cancer du sein est ainsi deux fois plus élevé chez les femmes ultra-orthodoxes que dans le reste de la population, car les examens préventifs sont considérés comme "indécents", a déploré Mme Colia »[3]. Elle rappelle d’ailleurs que lors d’une réunion à « la commission de la santé du Parlement consacrée à ce sujet en novembre, aucun des 18 députés ultra-orthodoxes - tous des hommes - n'était présent (…) Son parti dispose de moyens très modestes: 7.500 shekels (1.900 dollars, 1.700 euros) de dons privés pour la campagne. De plus, les candidates ne peuvent pas apparaître dans les journaux et radios ultra-orthodoxes car elles sont des femmes[4]. Et dans cette communauté, l'accès aux médias laïcs est également interdit »[5].

Ruth Colian 2(Ruth Colian, photo credit: YouTube screenshot)

Ruth Colian, d’origine yéménite, étudiante en droit sur le campus Ono Academic College Haredi (Université respectant les normes du milieu ultra orthodoxes), avait déjà saisi, il y a deux ans, la Haute Cour de Justice « exigeant que l'Etat cesser de financer les partis politiques qui excluent les femmes candidates. Dans la pétition, elle a fait valoir que, en fournissant des fonds pour ces parties, l'état exprimait tacitement soutien à la discrimination entre les sexes »[6].

Ruth Ciolan avait d’ailleurs cherché à être en lice dans les partis orthodoxes, mais aussi bien le Judaisme Unifié de la Torah que le parti séfarade Shass avaient repoussé sa candidature comme toute autre candidature de femmes.

Lors des précédentes élections législatives en 2013, un mouvement de femmes ultra orthodoxes avait aussi lancé une campagne : « pas éligible pas de voix »[7].

L’initiative de Ruth Colian s’inscrit donc dans cette prise de conscience des femmes dans le milieu ultra orthodoxe.  Même si se déclarer féministe « peut faire rire les autres et résonnerait comme une contradiction dans les termes, je suis fière d’être une féministe  et harédite »[8]   n’hésite pas à affirmer avec courage et détermination Ruth Colian.

Son parti présente 9 candidats dont un homme.

Sonia Sarah Lipsyc



 

(1) Jeux de mots entre "droit" et "mérite" qui use du même terme de "zeh'out". La notion de mérite fait ici allusion aux mérites des femmes au moment de la sortie d'Egypte du peuple d'Israël. Se cf., sur ce site, à SSL,« La coupe de Myriam au cours du rituel de la fête de Pessah », en particulier les notes 18 et 19, Judaismes et Questions de société, 22.04.2014.

[2] Voir les ouvrages de l’écrivain israélienne Naomie Ragen, en particulier sa pièce «Women’s Mynian ». Se cf. également sur ce site à SSL, « L’éthique juive s’oppose à toute violence conjugale », Judaïsmes et Questions de Société, 18.10.2014. 

[3] Voir à ce sujet sur ce site, l’article, « La pudibonderie a un coût, elle peut retarder le dépistage du cancer », Judaïsmes et Questions de Société, 13.06.2012.

(4) Voir notamment sur ce site, Yaël Soussan avec la collaboration de SSL, « La Cour suprême en Israël plaide en faveur de l'affichage publicitaires représentant des femmes sur les bus à Jérusalem »Judaïsmes et Questions de Société, 17.07.2012

[5] Toutes ces citations sont tirées de  « Israël: un parti veut faire entendre la voix des femmes ultra-orthodoxes », I24, 16.02.2015. 

[6] |Judy Maltz, « Meet the Haredi feminist fighting for a political voice», Haaretz, 20.10.2013.

[7] Voir sur ce site « Des femmes ultra orthodoxes menacent : « pas éligibles pas de vote » !”, JQDS, 17.01. 2013. http://judaismes.canalblog.com/archives/2013/01/17/26181528.html

[8] Op cite note 6.