Balance_JusticeC’est une première… Un tribunal rabbinique de Rishon Letsion (Israël) a décrété qu’un mari ne devait pas verser de pension alimentaire à son ex épouse car celle-ci lui avait été infidèle…en ayant eu une relation avec une autre femme. Faut-il comprendre de ce jugement que l’infidélité d’une femme la prive de pension alimentaire au regard de la loi juive ? Mais en quoi est-ce une première? Dans le fait qu’une autorité halakhique (de la loi juive) appréhende au même niveau une relation homosexuelle et hétérosexuelle. En effet, jusqu’à présent, la loi juive tout en jugeant une relation saphique comme un acte de dévergondage ne la condamnait pas de la même manière qu’une relation entre deux hommes car elle ne considérait pas qu’il y avait un acte sexuel entre deux femmes[1]… Cette décision du tribunal rabbinique, qui pour certains n’aurait pas d’appui halakhique, risque de créer un précédent. Il est possible toutefois le Tribunal ait agi de la sorte pour punir la femme d’avoir persisté dans sa relation malgré ses engagements dans une thérapie familiale alors que le couple n’était pas encore séparé. Notons que l’homme persuadé que son épouse avait une relation avec une autre femme s’engagea lui aussi, en cours de procédure de divorce, dans une autre relation.

La femme a toujours le recours de se tourner vers un tribunal civil pour percevoir une pension alimentaire notamment pour ses deux enfants. Rappelons qu’un divorce, accordé selon la loi juive uniquement par l’homme, n’est validé que devant un tribunal rabbinique mais que l’octroi d’une pension alimentaire peut être ordonnée, dans certaines conditions, par un tribunal civil.

Sources

-       Dovid Schwartz,” In Groundbreaking Decision, Rabbinic Court Equates Lesbian and Heterosexual Relations”,  Jewish Press, 27.12.2012

Shmaraya Rosenberg, “In a first for Israel, State Rabbinic Court Denies WOman Alimony Based on Alleged Lesbian Affair.”, Failed Messiah, 27.12.2012 

Car article reprend un post de la page Facebook "Judaismes et questions de société" que vous pouvez rejoindre en cliquant ici.

[1] Voir Martine Gross, « Judaïsme et homosexualité féminine » dans Femmes et Judaïsmes aujourd’hui, sous la direction de Sonia Sarah Lipsyc, Edition In Press, Paris, 2008. (lien)