"Le féminisme est-il soluble dans le judaisme ?" avec PegGy Cidor, journaliste israélienne au Jerusalem Post, Léah Shakdiel, enseignante et  figure du féminisme juif orthodoxe et Dr Sonia Sarah Lipsyc, sociologue et directrice de ALEPH.

F_minismetjudaisme(Photo E.Silber, de gauche à droite Léah Shakdiel, Sonia SarahLipsyc et Peggy Cidor)

Mise en ligne sur AKADEM de ce panel qui s'est déroulé dans le cadre du Colloque International "Les femmes et le judaisme dans le monde contemporain"  organisé le 4 novembre 2012 par ALEPH- Centre d'Etudes Juives Contemporaines de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec (CSUQ).

Ma communication reprend l'un de mes articles mis en ligne sur ce site, sur la conciliation entre judaisme et féminime ainsi que sur les figures du féminisme juif religieux. Léah Shakdiel expose les deux grand courants du féminisme universaliste et différentialiste ou essentialiste en soulignant l'influence de ce dernier sur le féminisme juif. Peggy Cidor relate la peur du féminisme dans certains milieux juifs orthodoxes. 

Les questions du public portent sur la persistance d'inégalité comme la dissymétrie du divorce dans la loi juive, la nature des renvendications des féministes, etc...

Chaque intervention peut s'entendre différemment, elle est accompagnée de documents et d'autres onglets permettent de prendre connaissance des biographies et bibliographies des intervenantes.

Sonia Sarah Lipsyc