Image d'Ester(Queen Esther Holding The Evidence For Haman's Guilt, mosaic, 2002, by Lilian Broca)

Mercredi 7 mars 2012 correspond, cette année, au jeûne d’Esther dans le calendrier et le rituel juifs.

Des femmes juives, de par le monde, sous l’égide de ICAR (« International Coalition Agunah Rights »), ont choisi ce jeûne pour exprimer leur solidarité avec les femmes « agounot » - ces femmes en attente de leur divorce religieux (« guet »,) qui dans la loi juive orthodoxe ne peut être donné que par l’homme.

Initiative, courage, et solidarité sont quelques-uns des mots clefs de cet épisode biblique dans lequel la reine Esther brava le danger pour sauver son peuple mais elle en appela à sa conscience et à son soutien pour qu’il l’aide à mener à bien son entreprise[1]. Ces valeurs ont guidé les femmes dans le choix de ce jour pour sensibiliser le monde juif au sort difficile des femmes en attente de « guet ».

Sur l'origine du jeûne d'Esther comme journée de soutien aux femmes "agounot", voir l’un de mes articles « Jeune d'Esther et journée pour les femmes "agounot" ».

 priere-agounot-en-hebreu (prière en hébreu pour les femmes "agounot")

Il est tout à l’honneur du Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, de s’être associé à cette initiative en instituant en France «  la journée des femmes « agounot » à l’occasion du jeune d’Esther et de mettre en ligne, en hébreu et en français, une prière pour elles. Cette prière a été écrite par l’israélienne Yaël Levine.

 Le GR Bernheim avait également exprimé, au cours d’interviews précédents dans la presse juive[2], son souhait de former des avouées rabbiniques (« yoétsot halakha »). Ces femmes pourraient accompagner d’autres femmes dans le processus juridique et émotionnel difficile de l’obtention du « guet », à l’instar de ce qui se fait déjà en Israël.

 Pour voir le communiqué du GR Bernheim à ce sujet et les prières pour les femmes « agounot » en français et en hébreu, cliquez ici.

mains-liees (image tirée du blog mentionné ci dessous)

 

Il reste maintenant au judaïsme orthodoxe de prendre l’initiative, comme la loi juive l’autorise de mettre en œuvre des solutions conformes à la loi juive (« halakha ») afin de mettre un terme à la dissymétrie de la loi juive en la matière ainsi qu’à la souffrance des femmes. Et ce, d’autant plus que ces solutions existent mais que les communautés juives dans leur ensemble ne se sont pas assez mobilisées pour les faire accepter autant par les autorités rabbiniques que par le public.

Que cette journée de jeûne d’Esther et de solidarité avec les femmes « agounot » soit l’occasion d’une large prise de conscience.

Pour en savoir plus sur ces solutions voir l'excellent article de Janine Elkouby sur le non moins excellent site crée par Gabriel Abensour et consacré au judaisme orthodoxe, cliquez ici.

Sonia Sarah Lipsyc

[1] Livre d’Esther chap 4, versets 16 et 17

[2] Je cite de mémoire un article paru dans Actualités Juives en septembre ou octobre 2011.